Multimedia project from Bolivia

« La Sole » à la tête de El Alto

Soledad Chapeton, « La Sole » comme l’appellent ses partisans, est la première maire femme de la ville de El Alto. Femme, jeune et de l’opposition. Dans une ville comme celle de El Alto, qui traditionnellement est un bastion du MAS, le parti du président Evo Morales, c’est une petite révolution.

A 37 ans, elle dirige la deuxième ville la plus peuplée de Bolivie, qui, chaque jour, gagne un peu plus d’habitants, venus des campagnes pauvres de l’Altiplano. Considérée comme ingouvernable, El Alto est une ville jeune, en perpétuel mouvement, marquée par l’insécurité et les mouvements sociaux.

Soledad Chapeton en a fait les frais, après seulement un an de gestion. Le 17 février 2016, l’ancienne mairie a été attaquée par des habitants réclamant de meilleures infrastructures éducatives, laissant le bâtiment en cendres et tuant six fonctionnaires municipaux. Elle se rappelle de ce jour comme « le plus triste de son mandat ».

Aujourd’hui elle dit s’attacher à faire baisser la corruption, qui « gangrenait les gestions précédentes », elle tente, avec son équipe, d’équiper les nouveaux quartiers qui apparaissent chaque jour des services d’eau courante, de routes praticables et d’électricité.

Une tâche gigantesque qui ne semble pas effrayer cette membre du parti Unité Nationale – se décrivant comme de centre droit – qui arrive aujourd’hui à la moitié de son mandat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Femmes constructrices

La Bolivie connait d’une croissance record sur le continent latino-américain. Alors dans tout le pays on voit pousser des gratte-ciel, des maisons et autres constructions. Le secteur du bâtiment est florissant, il attire donc beaucoup de travailleurs… et de travailleuses. Elles sont de plus en plus nombreuses les femmes à venir sur les chantiers, attirées par une paye intéressante, plus intéressante que celle d’employée de maison. Mais dans ce secteur comme dans tant d’autres elles subissent des discriminations. Alors les femmes maçons se forment et se regroupent pour être plus fortes face à leurs homologues masculins.

Rencontre avec Rosemary Guarita

Rosemary est une femme forte, et c’est peu de le dire. Atteinte d’une maladie dégénérative depuis plus de 20 ans, elle se bat pour faire valoir les droits et la dignité des personnes handicapées en Bolivie.